Posture de leader

Embarquer ses équipes grâce à sa posture de leader

Alors que la crise liée à la Covid-19 se poursuit, et qu’un couvre-feu national à 18H nous est imposé en France, les entreprises, quelle que soit leur taille, constatent qu’un changement majeur dans leur façon de travailler et dans leur vision de l’avenir est en train de se réaliser. Pour être en mesure de naviguer dans l’incertitude, elles doivent maintenant se réinventer.

Les salariés, comme les dirigeants, ont perdu les repères de l’entreprise en présentiel. Pourtant, ils ont besoin de cette communauté qui leur permet de se sentir appartenir à un collectif qui avance. Le télétravail est devenu la norme en un temps record, et a provoqué une profonde remise en question des organisations. Les évidences d’hier se sont écroulées, le saut dans l’inconnu a été violent. Évidemment, cela entraîne de la peur, de la méfiance, voire de la défiance.

Il faut donc réassurer les équipes et donner du sens aux changements qui sont mis en place. Face à cette lourde charge, les dirigeants peuvent se sentir fragilisés, en proie aux doutes, lassés de subir des situations parfois perçues comme insolubles. C’est peut-être le moment de faire un point, de s’octroyer un espace de recul pour remettre de l’ordre dans ses idées et mieux gérer son énergie, sa confiance en soi et sa confiance en l’avenir.

Recréer une communauté de destin

Pour qu’elles soient en capacité de travailler ensemble, dans un même but, les équipes doivent savoir où elles vont. Cela ne se résume pas au déclaratif. Elles doivent comprendre que leur contribution va servir à avancer vers ce but et que chacun, dans son rôle, apporte une valeur ajoutée.

Il est vrai que l’organisation a été modifiée en mode dégradé en début de crise. Il fallait faire vite, protéger les personnes et sauvegarder l’entreprise. Aujourd’hui, cependant, il faut se rendre à l’évidence que nous ne pourrons pas revenir en arrière. Il va falloir sortir de ce sentiment de crise et trouver une nouvelle norme. Ce travail doit se faire avec les collaborateurs, en co-construction.

Le rôle du dirigeant dans tout ça ? Il est le chef d’orchestre, il doit avoir une vue d’ensemble, mais aussi composer entre la richesse d’un groupe et la difficulté à travailler ensemble avec toutes les différences, les singularités.

Comment faire quand, lui-même est submergé, en plein questionnement ? Quand il ne voit plus quelle issue apporter aux problématiques qu’il rencontre ? Il doit pouvoir retrouver sa capacité à faire face et à croire en l’avenir pour transmettre sa vision à ses équipes.

Un regard extérieur l’aidera à remettre au clair sa situation et à se recentrer sur ce qui est essentiel pour réengager ses équipes : la relation dans l’accompagnement du changement. Il pourra alors construire, étape par étape, une cohésion plus solide, des valeurs partagées, du sens dans le travail de la communauté, qui donne plus d’engagement, plus de résultats.

Donner et recevoir du feedback

Le feedback est une formidable opportunité de progresser vers l’avenir et créer des collaborations transverses, sources d’innovation. Il ne s’agit pas uniquement de commenter un fait. Il est plutôt question de se mettre en écoute active, s’attarder sur la réponse, reformuler, poser des questions, établir un dialogue ouvert, honnête, un dialogue bidirectionnel plutôt que seulement donner un avis, une critique axée sur ce qui est raté et qui ne peut plus être changé.

En partant du principe qu’oser se dire les choses clarifie la relation, la parole se libère petit à petit et vos collaborateurs apprennent à devenir plus autonomes, plus conscients de leur rôle et plus attachés à ce qu’ils apportent au collectif.

Vous l’aurez compris, qu’il soit positif ou négatif, le feedback doit être constructif. C’est l’occasion de partager et d’évoluer. Loin d’être une mesure marketing, il est bien un levier stratégique pour progresser et faire progresser l’ensemble de votre entreprise. Saviez-vous que les salariés qui se sentent écoutés au travail sont 4,5 fois plus investis dans leur travail ?

Aujourd’hui, avec le télétravail, le feedback est d’autant plus stratégique pour maintenir le sentiment de communauté de travail. Il est même devenu indispensable pour satisfaire le besoin de réassurance, de reconnaissance des salariés à distance les uns des autres. Organiser du feedback peut paraître complexe : Qui donne du feedback ? Pourquoi ? Quand ? Comment ? C’est pourquoi, il est nécessaire de se faire accompagner dans ce changement qui demande pédagogie et patience. 

Passer du contrôle à la responsabilisation

Responsabiliser ses salariés, c’est considérer qu’ils ont des connaissances précieuses et qu’ils peuvent avoir leur propre vision des situations qu’ils rencontrent. C’est leur donner plus d’indépendance pour qu’ils puissent analyser, contrôler et prendre des décisions en ce qui concerne certaines tâches. Ils peuvent donc prendre les choses en main, ils ont une certaine autonomie dans leurs tâches. Cela est possible si vous leur accordez votre confiance et que vous procédez de manière progressive, en étant vigilant sur les éventuels besoins de formation qui peuvent être nécessaires.

Comment faire pour lâcher le contrôle qui alimente les prédictions auto-réalisatrices, celles qui confirment constamment que vos collaborateurs ne peuvent pas être autonomes ? Vous allez devoir lâcher prise, être au clair avec vos attentes, savoir quel but vous recherchez, quels résultats vous voulez obtenir en responsabilisant.

Tout ceci demande des prises de consciences de vos propres modes de fonctionnement, de vos croyances car votre posture exerce une influence sur celle de vos collaborateurs. Développer votre posture, votre savoir-être, est donc essentiel pour devenir un leader inspirant pour vos équipes, et construire l’autonomie et l’engagement de vos collaborateurs.

Pour aller plus loin :

Retrouvez l’article sur :

Remerciements : un grand merci aux professionnels, sources d’inspiration, pour leurs partages d’expérience, leur confiance et leur temps précieux :

Marion Choppin ; Jean-Paul Marand ; Julie Gerbet ; Carole Kieffer ; Valère Busuttil ; Pauline Mrozinski ; Anne-Laure Feral ; Florence Banco ; Julien Bessaud ; Stéphane Guillo ; Alexandre Martins ; David Brehon ; Lorane Lambert ; Nadia Kharbajou ; Agnès Forster ; Norbert Gonin ; Sophie Laval ; Yosra Blehassan ; Murielle Greusard-Rose ; Stéphanie Sermage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *